Calendrier des grandes expositions artistiques à Paris |


AccueilCalendrier des expositionsCalendrier des grandes expositions artistiques à Paris

Calendrier des grandes expositions artistiques à Paris

Jean-Pierre DuvaleixExpositions actuelles et futures à Paris et parfois ailleurs – Calendar of major art exhibitions in Paris

par Jean-Pierre Duvaleix


 

Art Moderne (Mam)

  • Karel Appel – L’art est une fête !

À partir d’une donation exceptionnelle de vingt-et-une peintures et sculptures de la Karel Appel Foundation d’Amsterdam, le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente une exposition retraçant l’ensemble de la carrière de l’artiste, des années CoBrA à sa mort en 2006.

Karel Appel, artiste néerlandais cosmopolite, est connu pour avoir été l’un des membres fondateurs du groupe CoBrA, créé à Paris en 1948 (et dissout en 1951). Ce groupe européen, composé d’artistes tels que Asger Jorn ou Pierre Alechinsky, se propose de dépasser les académismes de l’époque, comme l’art abstrait, considéré alors comme trop rigide et rationnel. Ces artistes prônent un art spontané et expérimental, incluant un ensemble de pratiques inspirées du primitivisme. Ils s’intéressent particulièrement aux dessins d’enfants et à l’art des fous avec une ambition internationale, fidèles aux principes des avant-gardes.

Contemporain de la Compagnie de l’art brut fondée par Jean Dubuffet au même moment, CoBrA s’inscrit dans ce courant de contre-culture. Il rejette les valeurs établies et propose un nouveau départ, libéré des conventions et revendiquant la spontanéité du naïf.

 

A venir :

  • Derain, Balthus, Giacometti
Une amitié artistique

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris propose une exposition inédite explorant la relation entre trois artistes majeurs du XXe siècle: Derain, Balthus et Giacometti.

Avec près de 200 œuvres, elle retrace les moments marquants de cette amitié artistique. Leur rencontre en 1933 et l’intensification de leurs relations à partir de 1935 vont démultiplier les croisements entre leur vie et leurs œuvres. Bien au-delà d’une admiration réciproque et d’une véritable affection dont ils témoigneront tout au long de leur propre vie, c’est une profonde communauté esthétique qui les réunit. De nombreux fils conducteurs marquent les séquences de l’exposition : le voyage d’Italie, la fascination pour le ≪ métier ≫ ; le regard culturel et le ≪retour au musée≫ par lequel les trois artistes jouent des codes de représentation, des styles et des techniques : clarté formelle, clair-obscur, mais aussi, théâtralisation, et ≪ invention d’un pathétique ≫. Selon un parcours chronologique et thématique, sont montrés les grands paysages et natures mortes, mais aussi les portraits croisés : acteurs, collectionneurs, amis, galeristes communs et modelés. Enfin, une large séquence regroupe les œuvres de l’après-guerre où s’inscrivent les doutes et les obsessions d’un monde vacillant.

 

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
11 Avenue du Président Wilson
75116 Paris
Tel. 01 53 67 40 00

  • Plein tarif: 12 €
  • Tarif réduit : 9 €

 

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h (expositions uniquement)

 

Beaux Arts de Paris

– Ingres et ses élèves

 

Du 26 janvier au 29 avril 2017

Dessins de la collection des Beaux-Arts
Cabinet des dessins Jean Bonna 
 

La carrière et la pensée artistique de Jean-Dominique Ingres sont intimement liées aux Beaux-Arts de Paris. D’abord élève dans l’atelier de David, il est élu professeur de l’École en 1829 et forme plus de 150 élèves qui, pour beaucoup, le vénéraient comme un chef incontesté.
L’exposition des Beaux-Arts de Paris est une occasion exceptionnelle de découvrir ou de redécouvrir in situ plus de cinquante feuilles d’Ingres et des « ingristes » (dont seize du maître lui-même), toutes issues du précieux fonds des Beaux-Arts de Paris. Elle se propose de rendre compte des talents graphiques de l’artiste et de l’impact évident qu’il eut sur ses élèves : si certains le suivirent dévotement comme les frères Hippolyte et Paul Flandrin, d’autres, tel Théodore Chassériau, prirent des chemins divergents. Contre le postulat qui voit dans les disciples d’Ingres de simples suiveurs, voire des « timorés » selon l’expression de Baudelaire, l’exposition met en lumière les richesses et l’originalité dont témoignent les oeuvres d’élèves parfois peu connus comme Édouard Bertin et Sébastien Cornu.

 

 

Beaux-Arts de Paris
Cabinet des dessins Jean Bonna
Palais des études 14, rue Bonaparte, 75006 Paris

Ouverture du lundi au vendredi de 13h à 18h
Fermeture exceptionnelle les 1er et 11 novembre et du 19 au 30 décembre 2016

 

BNF

Le monde selon Topor

Créateur inlassable, Roland Topor (1938-1997) mit son crayon au service d’un imaginaire débridé : dessins d’humour, illustrations pour la presse et l’édition, affiches, films d’animation, émissions de télévision, décors et costumes de théâtre. Topor fut en outre l’auteur de romans, de nouvelles, de pièces de théâtre, de chansons et de scénarii de films. Son oeuvre trouve son aboutissement dans l’édition, car il considérait que son public ne devait pas se limiter aux seuls collectionneurs et amateurs d’art.
Organisée vingt ans après sa disparition, cette exposition rétrospective propose de faire découvrir la variété de la production artistique de Topor. Elle mettra en vis-à-vis un grand nombre de dessins originaux, provenant essentiellement de collections privées, et des éditions conservées dans les fonds de la BnF.
Elle rendra ainsi hommage à l’artiste hors-norme, au génie graphique et à l’homme d’esprit à l’humour subversif que fut Roland Topor.

 

du 28 mars 2017 au 16 juillet 2017 François-Mitterrand / Galerie 1

Accès Ici

mardi – samedi de 10h à 19h
dimanche de 13h à 19h (fermeture des caisses à 18h)
fermé lundi et jours fériés

tarif plein : 9 € (billet couplé 2 expositions : 11 €)
tarif réduit : 7 € (billet couplé 2 expositions : 9 €)

 

Cartier-Bresson (Fondation)

  • Henri Cartier-Bresson – Images à la Sauvette

du 11 janvier au 23 avril 2017

« Les magazines finissent par faire des cornets à frites. Les livres demeurent. » Henri Cartier-Bresson

Du 11 janvier au 23 avril 2017, la Fondation consacre une exposition au célèbre ouvrage de Cartier-Bresson, Images à la Sauvette. Le projet, à l’initiative de l’éditeur Tériade, voit le jour en octobre 1952 dans le cadre d’une co-édition franco-américaine avec le concours de Matisse et les éditeurs Simon and Schuster.  Sans le savoir, ces derniers allaient imposer la formule « The Decisive Moment », version américaine du titre du livre, comme raccourci de l’œuvre du photographe. Dès sa parution en 1952, Images à la Sauvette eut un succès retentissant dans le monde des arts, considérée comme une « bible pour les photographes » selon les mots de Robert Capa. Sa maquette épurée, la qualité de l’héliogravure et la force des images font de ce livre d’artiste une œuvre novatrice pour l’époque. L’ouvrage révèle la dualité inhérente à l’œuvre de Cartier-Bresson entre interprétation intime et observation documentaire.

 

Heures d’ouverture au public
Du mardi au dimanche de 13h00 à 18h30,  le samedi de 11h00 à 18h45.
Nocturne le mercredi jusqu’à 20h30.
Dernière entrée 30 mn avant la fermeture.
Fermé le lundi.

Fondation Henri Cartier-Bresson :
2, Impasse Lebouis, 75014 Paris
Tel : 01 56 80 27 00

 

 

Centre Wallonie-Bruxelles

  • Henri Michaux. Face à Face
du mercredi 22 février au dimanche 21 mai 2017

L’exposition Henri Michaux. Face à Face porte un regard inédit sur l’oeuvre littéraire et picturale d’Henri Michaux.Elle met en lumière la figure du créateur entre écriture et peinture, là où se trouve son vrai visage, à travers une sélection d’extraits significatifs de livres, de dessins et d’huiles sur toile de l’artiste. Elle fait apparaître ce que disent les textes de Michaux tant de sa peinture que de celle des autres (Magritte, Zao Wou Ki, Klee…). Elle dévoile également une série de portraits tracés, dans le geste nerveux ou la lenteur, et qui sont peut-être un immense et fascinant autoportrait…

 

Centre Wallonie Bruxelles : 127 rue St-Martin  75004 Paris

Ouverte du lundi au vendredi de 9 h à 19 h. Samedi et dimanche de 11 h à 19 h.

 

Musée Cognacq-Jay

  • Sérénissime! Venise en fête, de Tiepolo à Guardi

Du 25 février au 25 juin 2017, le musée Cognacq-Jay vous invite à Venise le temps d’un carnaval!

Curieux paradoxe que la Venise du XVIIIe siècle : alors que sa puissance politique, économique et territoriale s’est considérablement réduite depuis la Renaissance, elle connaît un formidable âge d’or culturel. La Cité des Doges, comme pour conjurer son déclin qui aboutira à sa reddition face à Napoléon en 1797 après un millénaire d’indépendance, multiplie les fêtes, célébrations et autres spectacles qui attirent curieux et amateurs de l’Europe entière.

Loin d’être de purs divertissements oisifs, ces festivités comme le carnaval, participent à une véritable mise en scène politique et religieuse de Venise. Immortalisées par de grands noms, Tiepolo, Guardi, Longhi, elles impriment durablement et exportent partout en Europe les attraits de la cité des Doges. Plus de quarante peintures, gravures, dessins, provenant de collections françaises et européennes prestigieuses seront ainsi présentés au public pour réanimer, le temps d’une exposition, les fastes déployés par la Sérénissime République de Venise au temps des Lumières.

Le parcours de l’exposition propose d’explorer quatre thématiques liées aux fêtes vénitiennes :

Grandes et petites réjouissances. La danse et la musique occupent une place de choix dans la société vénitienne, aussi bien au sein de l’aristocratie que le peuple.

Du 25 Février au 25 Juin 2017

 

Fondation Custodia

  • Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt

    du 4 février au 7 mai 2017

Pour la première fois après quatre siècles de séparation, sont réunis des tableaux des plus grands artistes hollandais du Siècle d’Or avec leurs dessins préparatoires. Après son succès à la National Gallery of Art de Washington pendant l’automne 2016, la Fondation Custodia est heureuse de présenter à Paris vingt-et-une peintures et une centaine de dessins, au nombre desquels deux rares carnets d’esquisses et un exceptionnel album offrant une immersion dans les ateliers du XVIIe siècle.

L’exposition dévoile le fruit des années de recherche de plusieurs spécialistes, qui se sont penchés sur la façon dont les artistes néerlandais utilisaient le dessin dans leur processus pictural. Sur les quelques milliers de dessins ayant traversé les siècles jusqu’à nous, ils ont réussi à en mettre certains en rapport avec une peinture identifiée. L’exposition bénéficie de prêts de nombre des plus grands musées et cabinets d’arts graphiques du monde. Aux côtés des œuvres de la Fondation Custodia et de la National Gallery of Art de Washington, on peut voir entre autres des peintures et des dessins du Metropolitan Museum of Art de New York, du Fogg Art Museum de Boston, du Rijksmuseum d’Amsterdam, de l’Albertina Museum de Vienne, de l’Ashmolean Museum d’Oxford, du British Museum de Londres, de la Gemäldegalerie ou encore du Kupferstichkabinett de Berlin.

 

  • La Quête de la ligne : Trois siècles de dessin en Allemagne

    du 4 février au 7 mai 2017


Carl Julius Milde (1803-1875)
Figure féminine dans des rinceaux de style pompéien
Aquarelle, 219 x 268 mm

Parallèlement à l’exposition du premier étage, la Fondation Custodia accueille au sous-sol de l’hôtel Lévis-Mirepoix l’importante collection de dessins de l’historien de l’arta Hinrich Sieveking. Après sa présentation à la Kunsthalle de Hambourg à l’automne 2016, le public peut admirer pour la toute première fois en France plus de cent feuilles retraçant l’histoire du dessin en Allemagne, du début du XVIIe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle.

 

GRAND PALAIS, GALERIES NATIONALES

  • Jardins

Du 15 mars au 24 juillet 2017

Miroir du monde, le jardin rend compte d’une manière de voir la nature, de la mettre en scène et de la penser. Il est marqué par l’empreinte de l’homme, qui en fait, surtout à partir de la Renaissance, une oeuvre d’art totale.

Dans un parcours immersif et poétique, peintures, sculptures, photographies, dessins et installations retracent six siècles de création autour du jardin.

L’exposition, conçue comme une « promenade jardiniste », réunit les plus grands artistes : Dürer, David, Monet, Cézanne, Picasso, Matisse, Othoniel ou encore Wolfang Laib.

 Ouverture de 10h à 20h les lundis, jeudi, vendredi, samedi et dimanche.

Nocturne de 10h à 22h tous les mercredis.

Fermé tous les mardis

Fermeture du Grand Palais le 1er mai et le 14 juillet

Tarifs

Plein tarif : 13€
Tarif réduit : 9 €
Tarif tribu (4 personnes dont 2 jeunes entre 16 et 25 ans) : 35 €

 
Ouverture : mercredi de 10h à 22h. Les autres jours de 10h à 20h. Fermé le mardi
Tarif normal : 13 €, tarif réduit : 9 €
 
GRAND PALAIS, GALERIES NATIONALES

3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
Serveur vocal : 00 33 (0)1 44 13 17 17

Article du Journal des peintres

 

Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme

 

« Ô vous, frères humains »

 
Quand Luz dessine Albert Cohen
6 décembre 2016 – 28 mai 2017
 

« Un enfant juif rencontre la haine le jour de ses dix ans. J’ai été cet enfant. » Albert Cohen, 1972 « […] courant 2015, j’ai ressenti le besoin de relire Ô vous, frères humains.

Le musée d’art et d’histoire du Judaïsme expose les planches originales du roman graphique de Luz, Ô vous, frères humains, adapté du récit éponyme d’Albert Cohen.

 

 

 

Musée d’art et d’histoire du Judaïsme
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple
75003 Paris

Téléphone : (33) 1 53 01 86 60
Administration :(33) 1 53 01 86 53

 

 

Niki de Saint Phalle

 

17 Septembre 201402 Février 2015
 
Grand Palais, Galeries nationales
Description

Niki de Saint Phalle (1930-2002) est l’une des artistes les plus populaires du milieu du XXe siècle, à la fois plasticienne, peintre, sculptrice et réalisatrice de films. Si elle est surtout connue du grand public pour ses célèbres « Nanas », son oeuvre s’impose aussi par son engagement politique et féministe et par sa radicalité. Le Grand Palais propose la plus grande exposition consacrée à l’artiste depuis vingt ans et un nouveau regard porté sur son travail.

Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais

Découvrez l’offre adultes et familles pour groupes et individuels autour de l’exposition
Réservez vos billets groupes.

Horaires
17 Septembre 201402 Février 2015

Tous les jours de 10h à 22h (fermeture à 20h le dimanche et lundi)
Fermeture hebdomadaire le mardi

Tarifs

TARIFS :
Plein : 13 €
Réduit : 9 €
Tribu : 35€ (4 personnes dont 2 jeunes 16-25 ans)

Réservez vos billets groupes.

Niki de Saint Phalle (1930-2002) est l’une des artistes les plus populaires du milieu du XXe siècle, à la fois plasticienne, peintre, sculptrice et réalisatrice de films. Si elle est surtout connue du grand public pour ses célèbres « Nanas », son oeuvre s’impose aussi par son engagement politique et féministe et par sa radicalité. Le Grand Palais propose la plus grande exposition consacrée à l’artiste depuis vingt ans et un nouveau regard porté sur son travail.

– See more at: http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/niki-de-saint-phalle#sthash.sCUSHf5m.dpuf

 
– De Zurbarán à Rothko  – Collection Alicia Koplowitz

3 mars – 10 juillet 2017

Alicia Koplowitz a réuni, via le Grupo Omega Capital une collection à son image, qui rassemble un nombre important d’œuvres maîtresses des plus grands artistes. Les maîtres anciens et modernes s’y côtoient dans un passionnant dialogue à travers les siècles : les sculptures antiques et les tableaux de Zurbarán,
Tiepolo, Canaletto, Guardi et Goya voisinent avec les peintures et les dessins de Toulouse-Lautrec, Gauguin,
Van Gogh, Picasso, Van Dongen, Modigliani, Schiele, de Staël, Freud, Rothko ou Barceló, mais aussi les sculptures de Giacometti, Bourgeois et Richier…
C’est au Musée Jacquemart-André que sera présentée pour la première fois une sélection des plus beaux chefs-d’œuvre de cette collection unique, dans la demeure d’une autre collectionneuse d’exception : Nélie Jacquemart qui, avec son mari, a constitué un splendide ensemble, aussi varié que l’est aujourd’hui celui réuni par Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital.
L’exposition de la Collection Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital met ainsi à l’honneur l’une des plus grandes collectionneuses de notre époque. Les cinquante-trois oeuvres présentées retracent les choix de celle qui parcourt, depuis plus de trente ans, le chemin de l’art et nous invite à partager ses émotions esthétiques. Au-delà de la diversité des techniques, des époques et des styles, les œuvres de la collection Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital reflètent une même sensibilité artistique. Elles témoignent d’un goût subtil, mais affirmé et audacieux, souvent tourné vers les portraits féminins. Qu’elle soit modèle ou artiste, créatrice façonnant la matière ou muse inspirante, la femme est au cœur de la plupart des œuvres qu’a choisies Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital
 
Musée Jacquemart-André 158, boulevard Haussmann – 75008 PARIS Tel. : + 33 (0)1 45 62 11 59
 
 
 
 
  • Vermeer et les maîtres de la peinture de genre

du 22 Février 2017 au 22 Mai 2017

« Le sphinx de Delft » : c’est ainsi que l’on désigne Vermeer, figeant le peintre dans une attitude énigmatique et solitaire. L’exposition permet au contraire aux visiteurs de comprendre comment Vermeer et les peintres de scènes de genre actifs en même temps que lui rivalisaient les uns avec les autres dans l’élaboration de scènes élégantes et raffinées – cette représentation faussement anodine du quotidien, vraie niche à l’intérieur même du monde de la peinture de genre.

 

  • Valentin de Boulogne : Réinventer Caravage

du 22 Février 2017 au 22 Mai 2017

Considéré comme le plus brillant des peintres à la suite de Caravage et comme l’un des plus grands artistes français, Valentin de Boulogne (1591-1632) passa  l’essentiel de sa carrière à Rome, où il reçut de prestigieuses commandes des papes ; son oeuvre fut aussi collectionnée par les puissants, au premier rang desquels figurent Mazarin et Louis XIV, et servit de modèle tout au long du 19e siècle à des maîtres aussi différents que David ou Courbet.

 

  • Chefs-d’oeuvre de la Collection Leiden : Le siècle de Rembrandt

du 22 Février 2017 au 22 Mai 2017

Dans le cadre de sa saison dédiée au Siècle d’or hollandais, le musée du Louvre présente une sélection des principaux chefs-d’oeuvre des peintres du 17e siècle hollandais, issue de la collection de Thomas Kaplan et son épouse Daphné Recanati Kaplan. Rassemblée pour la première fois dans un grand musée international, cette sélection met à l’honneur la plus importante collection d’oeuvres de Rembrandt aujourd’hui en mains privées. Le public découvrira ainsi une trentaine de peintures et de dessins des plus grands peintres du Siècle d’or originaires de la région de Leyde (Leiden aux Pays-Bas), au premier rang desquels dix oeuvres de Rembrandt et une onzième, récemment attribuée.

 

  • Dessiner le quotidien : La Hollande au Siècle d’or

du 16 Mars 2017 au 12 Juin 2017

Organisée en partenariat avec l’École nationale supérieure des beaux-arts, l’exposition explore le foisonnement des motifs tirés de la vie quotidienne au sein de la production graphique des artistes hollandais du Siècle d’or, qu’ils soient peintres de genre, paysagistes, portraitistes ou même peintres d’histoire.

 

  • François 1er et l’art des Pays-Bas

du 18 Octobre 2017 au 15 Janvier 2018

Si le goût de François Ier pour l’art italien est bien connu et son mécénat essentiellement identifié à la création du foyer italianisant de Fontainebleau, son règne ne s’inscrit pas moins dans une tradition très vivace d’implantation en France d’artistes issus des Pays-Bas.

 

Tarif sur place :
Billet unique (collections permanentes et expositions) : 15€ sur place

Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.

Renseignements :
01 40 20 53 17

 

Les commentaires sont fermés.





Site de Jean-Pierre Duvaleix, peintre : http://www.duvaleix.com/