Calendrier des grandes expositions artistiques à Paris

A venir :

A l’occasion du 500e anniversaire de la naissance du Tintoret, le Musée du Luxembourg célèbre l’un des plus fascinants peintres de la Renaissance vénitienne. 

L’exposition se concentre sur les quinze premières années de sa carrière, période décisive et déterminante pour comprendre comment il se construit. Elle propose ainsi de suivre les débuts d’un jeune homme ambitieux, pétri de tradition vénitienne mais ouvert aux multiples nouveautés venues du reste de l’Italie, décidé à renouveler la peinture dans une Venise cosmopolite. Peinture religieuse ou profane, décor de plafond ou petit tableau rapidement exécuté, portrait de personnalité en vue ou d’ami proche, dessin ou esquisse… les œuvres rassemblées rendent compte de la diversité du travail de Tintoret et de sa volonté de frapper l’œil et l’esprit par son audace. 
L’exposition retrace en définitive l’ascension sociale d’un homme d’extraction modeste, fils de teinturier, qui, grâce à son talent, parvient à s’élever dans la société, à s’imposer et à se faire un nom sans rien oublier de ses propres origines. 

 

Musée du Luxembourg
19 rue de Vaugirard
75006 Paris
Tél : 01 40 13 62 00

 

– Foujita Peindre dans les années folles
 
 

Du 7 mars au 15 juillet 2018, le Musée Maillol à Paris, présente une exposition consacrée à l’artiste japonais, naturalisé français, Léonard Tsuguharu Foujita. Plus d’une centaine d’oeuvres majeures, issues de collections publiques et privées, retracent le caractère exceptionnel des années folles de Foujita à Montparnasse, entouré de ses amis Modigliani, Zadkine, Soutine, Indenbaum, Kisling ou Pascin. L’exposition se concentre sur la première période parisienne de l’artiste, très productif entre 1913 et 1931.

L’exposition retrace l’histoire d’un destin unique, celui d’un artiste évoluant entre deux cultures. De ses prémices au Japon, en passant par son ascension et la révélation de son oeuvre, son parcours le mènera jusqu’à la création de ce personnage si singulier dans le contexte parisien des années folles. Ses thèmes récurrents – femmes, chats, natures mortes, enfants et autoportraits – sont spécifiques du foisonnement de sa production artistique. Foujita traverse les grands courants modernistes sans dévier de son schéma de recherche, respectueux de ses racines japonaises et du classicisme des grands maîtres occidentaux.
Ses oeuvres en appellent d’autres, celles de ses voisins d’atelier, ses amis, admirateurs et inspirateurs, pour un dialogue enrichissant permettant de mesurer l’originalité et la complémentarité des artistes regroupés sous l’appellation « École de Paris ».

 

 

Musée Marmottan

Corot. Le peintre et ses modèles 

8 février – 8 juillet 2018

Aujourd’hui universellement célébré pour ses paysages, Camille Corot fut aussi un immense peintre de figures ; Degas l’estimait d’ailleurs tout particulièrement en ce domaine, soulignant sa modernité. Portraits d’intimes et nus étranges, paysannes romaines et moines absorbés dans la lecture, enfants et modèles d’ateliers, femmes à la mode et hommes en armures, Corot aborda tous les genres avec succès, des toutes petites effigies de ses intimes à ses monumentales figures de fantaisie, dont la Femme à la perle du Louvre est la plus célèbre. Contemporain aussi bien d’Ingres auquel il rend hommage que de Courbet ou du jeune Manet, auquel il se confronte, Corot, au cours de sa longue carrière, cherche, avec ses figures, à élever un pont entre tradition et  modernité.

Riche d’une soixantaine de chefs-d’œuvre provenant des plus importantes collections publiques et privées d’Europe et des Etats-Unis (musée du Louvre, musée des Beaux-Arts de Lyon, musée d’Art et d’Histoire de Genève, Fondation Collection E.G. Bührle de Zurich, le Metropolitan Museum of Art de New York, la National Gallery of Art de Washington, la collection Thyssen-Bornemisza de Madrid,…), l’exposition organisée par le musée Marmottan Monet entend mettre en lumière cet aspect aussi original que brillant de la production de celui qui fut le premier paysagiste moderne.

 

2 rue Louis Boilly
75016 Paris

Métro La Muette

Tél. : 01 44 96 50 33
 

 



Musée de Montmartre

– Van Dongen et le Bateau-Lavoir

Dans le cadre de l’année culturelle néerlandaise en France, le Musée de Montmartre organise une exposition centrée sur « Van Dongen et les artistes du Bateau-Lavoir », du 16 février 2018 au 26 août 2018. Le Musée de Montmartre évoque déjà, dans ses collections permanentes, à quel point le Bateau-Lavoir, situé Place Emile Goudeau à quelques pas de l’actuel musée, a joué un rôle important dans la naissance de l’Art moderne à Paris. L’art antiacadémique, la liberté, l’esprit de révolution, l’art populaire et le dialogue entre les arts sont les facteurs qui vont stimuler l’arrivée d’un nouveau siècle artistique avec le fauvisme et le cubisme au Bateau-Lavoir.

Van Dongen réside au Bateau-Lavoir à partir de la fin de l’année 1905 et fréquente, entre autres, l’artiste néerlandais Otto van Rees, ainsi que Maurice Vlaminck, André Derain, Henri Matisse et Pablo Picasso. Le séjour au Bateau-Lavoir de Van Dongen a considérablement influencé l’évolution de son œuvre. Cette exposition entend montrer à quel point cette période fut déterminante pour l’artiste ; c’est la raison pour laquelle nous montrerons l’évolution de sa création tout au long de sa carrière.

du 16 février 2018 au 26 août 2018

 Le Musée de Montmartre et ses Jardins sont ouverts tous les jours, toute l’année, de 10h à 18h

 
Musée de Montmartre
12, rue Cortot
75018 Paris
Tél. : 01 49 25 89 39
 

– Degas Danse Dessin. Un hommage à Degas avec Paul Valéry

A l’occasion du centenaire de sa mort, le musée d’Orsay rend hommage à Edgar Degas (1834-1917) avec une exposition dont le fil conducteur est l’ouvrage méconnu de l’écrivain, poète et penseur Paul Valéry (1871-1945).

L’amitié de plus de vingt ans de Degas et de Valéry a, en effet, donné lieu à un texte publié aux éditions Vollard en 1937, Degas Danse Dessin. Tout à la fois intime et universel, il offre une évocation poétique et fragmentaire de la personnalité du peintre et de son art, et comme une méditation sur la création.

28 novembre 2017 – 25 février 2018

 

A venir :

– Le symbolisme dans l’art des pays baltes

Les pays baltes, Estonie, Lettonie et Lituanie, se sont constitués en états autonomes peu après la fin de la première Guerre mondiale. Pour célébrer ce centenaire, cette exposition invite à découvrir le symbolisme balte, des années 1890 aux années 1920-1930.

Le symbolisme européen et l’émancipation de la conscience qu’il véhicule sont indissociables dans les pays baltes de leur indépendance. L’exposition retrace les jeux d’influences et de résistances à travers lesquels les artistes ont forgé un langage propre à leur univers.
En ayant recours aux éléments de la culture populaire, du folklore et des légendes locales, ainsi qu’à la singularité de leurs paysages, ils font émerger un art d’une réelle originalité.

 
10 avril – 15 juillet 2018
 

 

– En couleurs, la sculpture polychrome en France 1850-1910

Sculpture
Henri Cros Prix du Tournoi© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Gérard Blot / Christian Jean

Relativement méconnue la sculpture polychrome du XIXe siècle, est l’une des facettes importante de l’histoire de la discipline. Jusqu’au début du siècle, les seules couleurs admises pour la statuaire était le blanc du marbre ou les patines monochromes des bronzes. Mais la découverte de la polychromie de l’architecture et de la sculpture antiques, tout en suscitant de vifs débats, fait évoluer le regard.

La question de l’application de la couleur à la sculpture contemporaine prend le relais des débats archéologiques. Dès les années 1850, des sculpteurs pionniers, tel Charles Cordier, en firent leur spécialité. Une fois les polémiques apaisées, la couleur s’affirme à partir du second Empire grâce à son caractère décoratif pour triompher à partir des années 1880 sous l’influence du symbolisme et de l’Art nouveau.

 
11 juin – 23 septembre 2018
 

Horaires :

  • Ouverture de 9h30 à 18h
    le mardi, le mercredi, le vendredi, le samedi et le dimanche
    de 9h30 à 21h45 le jeudi
    vente des billets jusqu’à 17h, 21h le jeudi
    évacuation à partir de 17h15, 21h15 le jeudi
    groupes admis sur réservation uniquement du mardi au samedi de 9h30 à 16h, jusqu’à 20h le jeudi
  • Fermeture tous les lundis et les 1er mai et 25 décembre.

Musée d’Orsay

1 Rue de la Légion d’Honneur – 75007 Paris

 

Petit Palais

 

  • Les Hollandais à Paris, 1789-1914

Van Gogh, Van Dongen, Mondrian…

De la tradition de la peinture de fleurs aux ruptures esthétiques de la modernité, l’exposition, organisée avec le musée Van Gogh d’Amsterdam, met en lumière les riches échanges artistiques, esthétiques et amicaux entre les peintres hollandais et français, du règne de Napoléon à l’orée du XXe siècle.

Dès le premier Empire, et surtout à partir de 1850, plus d’un millier de peintres hollandais quittent leur pays pour renouveler leur inspiration. Parmi eux, la quasi-totalité s’établit à Paris, inexorablement attirée par le dynamisme de sa vie artistique. Les peintres avaient là l’occasion de suivre un enseignement riche, de trouver des lieux d’exposition, d’y vendre leurs œuvres, ou simplement de nouer de nouveaux contacts. Ces séjours, plus ou moins longs, sont parfois le premier pas vers une installation définitive en France. Ils eurent en tout cas une influence décisive sur le développement de la peinture hollandaise, certains artistes comme Jacob Maris ou Breitner diffusant des idées nouvelles à leur retour en Hollande.

Du 06 février 2018 au 13 mai 2018

 

–  L’art du pastel de Degas à Redon

Du 15 septembre 2017 au 08 avril 2018

L’exposition permet de découvrir les fleurons de la collection avec des œuvres de Berthe Morisot, Auguste Renoir, Paul Gauguin, Mary Cassatt et Edgar Degas, des artistes symbolistes comme Lucien Lévy-Dhurmer, Charles Léandre, Alphonse Osbert, Émile-René Ménard et un ensemble particulièrement remarquable d’œuvres d’Odilon Redon, mais aussi l’art plus mondain d’un James Tissot, de Jacques-Émile Blanche, de Victor Prouvé ou Pierre Carrier-Belleuse.

 

Petit Palais : Avenue Winston Churchill 75008 Paris

Tel : 01 53 43 40 00

Gratuit : – 18 ans

Du mardi au dimanche de 10h à 18h

Le vendredi jusqu’à 21h

 

  

Picasso (Musée)

A venir :

– « Guernica »

27 mars – 29 juillet 2018

Le Musée national Picasso-Paris consacrera une exposition à Guernica, chef-d’œuvre de Pablo Picasso, qui compte parmi les tableaux les plus connus au monde. Grâce notamment à un ensemble exceptionnel d’études préparatoires et d’archives du Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía de Madrid, l’exposition propose une lecture de l’histoire de Guernica, symbole anti-franquiste et pacifiste, et éclaire la question de l’engagement politique de Picasso.

 
Musée Picasso
5 rue de Thorigny,
75003 Paris
 
Ouvert de 10 h 30-18 h (9 h 30-18 h en période de vacances scolaires)
Tous les jours sauf le lundi,
le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai.
 
 
 

 


EXPOSITIONS EN PROVINCE :

 
 
 
 
– Botero : Dialogue avec Picasso 
24 novembre 2017 – 11 mars 2018 

Du 24 novembre 2017 au 11 mars 2018 à l’Hôtel de Caumont d’Aix-en-Provence, l’exposition « Botero, dialogue avec Picasso » présente la riche production du maître colombien sous un angle inédit qui explore ses affinités artistiques avec Pablo Picasso. A la soixantaine d’oeuvres de Botero (huiles, oeuvres sur papier, sculptures) font écho une vingtaine d’oeuvres majeures de Picasso, issues notamment des collections du Musée national Picasso-Paris et du Museu Picasso de Barcelone.

 

 

Hôtel de Caumont-Centre d’Art
3, rue Joseph Cabassol
13100 Aix-en-Provence
Tél. : 04.42.20.70.01

JOURS ET HORAIRES D’OUVERTURE
L’Hôtel de Caumont-Centre d’Art est ouvert tous les
jours y compris les jours fériés.
D’octobre à avril : 10h-18h
Dernière entrée 30 minutes avant la fermeture.

 
 
  
 

Musée des beaux arts de Bordeaux

À venir :

  • Philippe Mohlitz. Pilleur de rêves. 
 
 
Exposition présentée au Musée des Beaux-Arts, aile sud, salle des Actualités
 
du 2 mars au 4 juin 2018.

Philippe Mohlitz a choisi Bordeaux pour résider et réaliser son œuvre. Né en 1941, élève de Jean Delpech (Grand Prix de Rome de gravure en 1948), Mohlitz est aujourd’hui reconnu comme un maître de la gravure au burin. Son inspiration visionnaire et fantasmagorique en fait un héritier de Rodolphe Bresdin. Après plus de quarante ans de création, une part de mystère demeure toujours autour de son œuvre.

S’associant pour la deuxième année consécutive à la Fête nationale de l’estampe (26 mai 2018), le musée des Beaux-Arts de Bordeaux offre une immersion en noir et blanc dans l’espace très personnel de Mohlitz.

L’exposition est composée de gravures appartenant essentiellement aux collections du musée, dont un ensemble important de plus de quarante estampes récemment données par l’artiste, œuvres précises et riches de détails, comme autant de fenêtres ouvertes sur des univers tantôt grivois et cyniques, tantôt apocalyptiques et fantastiques. L’invitation à plonger et se perdre dans les mondes étranges et imaginaires de l’artiste est complétée par la présentation d’un ensemble de sculptures en bronze et en argent et des dessins à la plume et encre, tout autant élaborés que ses gravures.

Musée des Beaux-Arts

20 cours d’Albret
05 56 10 20 56

 

 

 

     

 


PRÉVISION DES GRANDES EXPOSITIONS 2018 DE LA RMN – PARIS ET PROVINCE  :
 
 
– Picasso, voyages imaginaires
16 février – 24 juin 2018
Centre de la Vieille Charité et MUCEM, Marseille
 
 Le Tintoret. Naissance d’un génie
7 mars – 1er juillet 2018
Musée du Luxembourg
 
– Kupka. Pionnier de l’abstraction
21 mars – 30 juillet 2018
Grand Palais, galeries nationales –
entrée square Jean Perrin
 
– Artistes & Robots. De Tinguely à Murakami
(titre provisoire)
5 avril – 9 juillet 2018
Grand Palais, galeries nationales – entrée Clemenceau
 
– Picasso, les années Vallauris
23 juin – 15 octobre 2018
Musée national Picasso, La guerre et la paix, Vallauris
Musée Magnelli, Musée de la céramique, Vallauris
L’ancien cinéma l’Eden
L’atelier de céramiques Madoura
 
– Mucha
(titre provisoire)
12 septembre 2018 – 27 janvier 2019
Musée du Luxembourg
 
– Sébastien Bourdon
mi septempre – mi décembre 2018
Port Royal des Champs
 
– Venise au XVIIIe siècle (titre provisoire)
26 septembre 2018 – 21 janvier 2019
Grand Palais, galeries nationales
 
– Miró
3 octobre 2018 – 4 février 2019
Grand Palais, galeries nationales
 
– Michael Jackson. Icône de l’art contemporain
(titre provisoire)
23 novembre 2018 – 17 février 2019
Grand Palais, galeries nationales
 

Les commentaires sont fermés.