Derain, Balthus, Giacometti Une amitié artistique

 
A travers la peinture, la sculpture et le théâtre, c’est une belle histoire d’amitié entre artistes que l’on nous raconte ici,au musée d’Art Moderne de Paris.
  
 

Balthus

Dans les peintures, parmi la multitude de chefs-d’œuvre exposés, on remarquera des paysages inattendus et assez bruts chez Balthus (plus connu pour ses portraits).
 

Ci-dessous un grand tableau étonnant intitulé « La rue », où les personnages ressemblent à des mannequins grotesques et la rue elle même à un décor de théâtre !

Balthus (1908-2001), La Rue, 1933
Huile sur toile, 195 x 240 cm, New York, Museum of Modern Art (MoMA) © Balthus
© 2017. Digital image, The Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence

 

Derain
 
Chez Derain une belle « nature morte aux oranges »  et la très belle série des toiles sur fond noir dont « Nature morte sur fond noir »  qui fait penser à une danse des objets, tout y est de travers, mais avec harmonie :
 

André Derain  Nature morte sur fond noir  1948  (C) ADAGP, Paris Photo (C) RMN-Grand Palais / Gérard Blot Troyes, musée d’Art modern

 
 
 Giacometti
 
Quelques natures mortes de Giacometti  assez étranges et originales aussi, comme dans cette « Nature morte avec une pomme », de 1937.
 
Le dessin, réalisé à main levée est parfait, la perspective aussi; le seul élément « vivant », la petite pomme perdue dans le tableau, se trouve légèrement décalée sur la droite par rapport au centre, sans toutefois être au nombre d’or.
Elle est l’élément central « décentré » !

 

Giacometti Nature morte avec une pomme 1937 (71.8 x 74.9 cm) Met de NYC

 

Un bel autoportrait qu’il réalisa à l’age de 19 ans :

Alberto Giacometti (1901-1966), Autoportrait, 1920 Huile sur toile, 41.0 x 30.0 cm
Fondation Beyeler, Riehen/Basel. Photo: Robert Bayer / Beyeler Collection © Succession Alberto Giacometti (Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris & Adagp, Paris), 2017

 

Giacometti est aussi à l’honneur ici pour ses nombreuses sculptures et pas seulement les personnages filiformes et déséquilibrés habituels.

Enfin, la partie « Théâtre » montre que nos trois amis y furent particulièrement actifs, réalisant notamment de nombreux décors un peu fous !

  
A la fin de l’exposition, je vous recommande de regarder un petit film dans lequel Giacometti est interviewé et où il évoque le fait que la fragilité de ses personnages sculptés vient de ce qu’il avait vu un jour un ami mourir devant lui et qu’il en avait ainsi conçu la fragilité extrême de l’être humain.
Du coup, plusieurs de ses personnages ont toujours l’air en équilibre fragile, près de tomber…
 
Vous avez jusqu’au 29 octobre 2017 pour venir admirer cette exposition
 
 
Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
11, avenue du Président Wilson 75116 Paris
 
2 juin-29 octobre 2017
 
_____________________________________________________________________________
 
CHRONOLOGIE
 
– CHRONO 1 : 1880 – 1933
 
 
1880 – 17 juin : André Derain naît à Chatou.
 
1901 – 10 octobre : Alberto Giacometti naît près de Stampa (Suisse). Fils aîné du peintre Giovanni Giacometti (1868 – 1933), il grandit entouré d’artistes.
 
1905 – L’été, Derain rejoint Henri Matisse à Collioure. Leur exposition au Salon d’automne fait scandale et constitue l’acte de baptême du fauvisme.
 
1906 – Il découvre l’art océanien au British Museum, Londres. Avec Vlaminck, il entreprend une collection d’art africain et d’objets éclectiques d’art populaire.
 
1908 – 29 février : Balthasar Klossowski (dit Balthus) naît à Paris.
 
1914 – Les Soirées de Paris, revue d’Apollinaire, publie des reproductions du Chevalier X et de Samedi de Derain, qui impressionnent le jeune André Breton. Mobilisé, Derain fera campagne de la Somme à Verdun jusqu’en 1919. De nationalité allemande, la famille de Balthus est contrainte de quitter la France.
 
1916 – Exposition de Derain chez Paul Guillaume, organisée par Apollinaire.
 
1919 – Giacometti découvre l’art primitif chez Josef Müller (ami et mécène de son père).
 
1920 – Derain voyage en Italie et renoue avec l’art antique et Raphaël. Giacometti effectue un voyage d’un an en Italie où il copie les maîtres, l’art égyptien et étrusque.
 
1922 – Giacometti s’installe à Paris et s’inscrit à l’Académie de la Grande Chaumière, dans l’atelier de Bourdelle, qu’il fréquente épisodiquement jusqu’en 1926.
 
1924 – Balthus arrive à Paris. Fréquente la Grande Chaumière. Sur les conseils de Pierre Bonnard et Maurice Denis, il copie Poussin au Louvre.
 
1926 – Balthus passe l’été en Italie, où il copie les fresques de Piero della Francesca, Masaccio et Masolino. Rilke, son mentor, meurt le 29 décembre.
 
1928 – À Paris, la galerie Jeanne Bucher expose deux sculptures de Giacometti
. Rencontre Jean Cocteau, René Crevel, André Masson et Charles et Marie-Laure de Noailles.
 
1929 – Giacometti signe un contrat d’un an avec Pierre Loeb, que lui a présenté Jacques Lipchitz.
 
1931 – Giacometti adhère au mouvement surréaliste.
 
1932 – Première exposition personnelle, à la galerie Pierre Colle. Balthus, à Paris, illustre Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë et rencontre Antonin Artaud
 
. 1933 – Giacometti participe à l’exposition surréaliste de la galerie Pierre Colle. Balthus se lie avec Derain. Pierre Loeb (galerie Pierre) est fortement impressionné par La Rue. Balthus reçoit la visite d’André Breton, Paul Éluard, Georges Hugnet, Picasso et Alberto Giacometti ; son orientation figurative les déçoit. Balthus et Giacometti se revoient à Berne et se lient d’amitié.
 
CHRONO 2 – 1933 – 2001
 
1933 – 1935
 
– Collaborations occasionnelles des trois artistes avec la revue Minotaure.
 
1934 – Derain illustre Héliogabale ou L’Anarchiste couronné d’Artaud. Son marchand, Paul Guillaume,
meurt le 1er octobre.
Première exposition de Balthus à la galerie Pierre (Pierre Loeb).
Giacometti et Balthus participent à l’exposition « Minotaure » au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.
 
1935 – Derain s’installe à Chambourcy.
Giacometti, exclu du groupe surréaliste, se rapproche de Balthus, Francis Gruber, Tal Coat et André Derain.
 
1936 – Derain pose pour son portrait commandé à Balthus par Pierre Colle qui, à son tour, devient son modèle.
Isabel Rawsthorne, modèle de Derain, pose pour Giacometti. Celui-ci signe un contrat avec Pierre Matisse qui le représente aux États-Unis. Le Palais à quatre heures du matin entre au Museum of Modern Art de New York (MoMA).
Balthus expose ses illustrations des Hauts de Hurlevent à Londres.
 
1937 – Derain travaille souvent dans l’atelier de Balthus. À l’exposition « Art dégénéré », organisée par les nazis à Munich, une de ses toiles est vendue.
Balthus épouse Antoinette de Watteville. Isabel Rawsthorne les accompagne en voyage de noces.
 
1938 –Giacometti fréquente Sonia Mossé, artiste et modèle de Derain et de Balthus.
Première exposition Balthus à New-York, galerie Pierre Matisse. Son portrait de Mirò, commandé par Pierre Loeb, entre au MoMA.
 
1939 – Naissance du fils de Derain et de son modèle, Raymonde. En septembre, à la déclaration de guerre, Balthus confie son épouse et sa mère à Derain, alors qu’il est envoyé en Alsace. Rapidement blessé, il rentre à Paris puis part avec Antoinette en Suisse.
 
1940 – Derain est exposé chez Pierre Matisse. Avec sa famille, il fuit Chambourcy pour la Normandie.
De retour fin octobre, ils trouvent leur maison dévastée et occupée par les Allemands. Ils déménagent à Paris.
Balthus s’installe avec Antoinette à Champrovent (Savoie).
 
1941 – À l’instar de certains écrivains et d’artistes de cinéma en 1942, un ensemble de peintres français est invité en Allemagne. Derain figure sur la liste d’Arno Breker et participe à ce voyage avec, entre autres, Vlaminck, Bouchard, Despiau, Friesz, Dunoyer de Segonzac, Van Dongen. Muni d’une liste, il pense pouvoir aider les peintres allemands emprisonnés et déportés. À son retour en France, il dîne chez Sonia Mossé (qui disparaîtra plus tard dans un camp d’extermination nazie) avec Cassandre. Derain est présent dans l’exposition « 20th Century Portraits» organisée par Alfred Barr au MoMA.
Giacometti fréquente Sartre, Simone de Beauvoir et Picasso. En décembre, il part pour Genève.
Dans une lettre de Sonia Mossé, Balthus apprend : « Derain – de retour d’un voyage dont vous avez dû avoir des échos – est assez abattu – il ne se montre pas du tout. »
 
1942 – Balthus et Antoinette gagnent la Suisse.
 
1943 – Giacometti rencontre Annette Arm à Genève.
Exposition Balthus à la galerie Moos de Genève.
 
1944 – Après la Libération, Derain revient à Chambourcy dans une maison délabrée. Soupçonné d’avoir collaboré, il est l’objet d’une enquête du Comité d’épuration qui, en 1946, le jugera avec clémence l’interdisant de cimaises officielles quelques temps. Derain s’isole. L’industriel Pierre Lévy devient son ami et son plus grand collectionneur. Expose à la galerie Pierre Matisse.
 
1945 – Balthus, à Genève, rencontre Albert Skira et André Malraux, et retrouve Giacometti et Jean
Starobinski.
En septembre, Giacometti rentre à Paris.
 
1946 – Balthus se sépare d’Antoinette et retourne à Paris, où Henriette Gomès l’expose.
 
1947 – Edmonde Charles-Roux pose pour Derain et devient une fidèle amie.
Giacometti participe à l’« Exposition internationale du surréalisme » (galerie Maeght).
 
1948 – Première exposition Giacometti à la galerie Pierre Matisse. Le catalogue est préfacé par Sartre.
 
1949 – Alberto Giacometti et Annette Arm se marient.
Mort du père de Balthus.
 
1950 – Derain participe à la XXVe Biennale de Venise, dans l’exposition « Les Fauves ».
En novembre, exposition Giacometti chez Pierre Matisse.
 
1951 – En juin s’ouvre la première grande exposition de Giacometti à Paris, chez Aimé Maeght, son nouveau marchand en France.
 
1952 – Balthus, Giacometti et Annette rendent visite à Derain à Chambourcy.
 
1953 – Derain est atteint d’une grave affection oculaire, sa santé décline.
Grâce à ses mécènes, Balthus acquiert le château de Chassy (Saône-et-Loire) et s’y installe avec sa nièce par alliance, Frédérique Tison.
 
1954 – Exposition « Les Peintures de Giacometti » à la galerie Maeght, présentée par Jean-Paul Sartre, puis exposition chez Pierre Matisse.
8 septembre : Derain meurt des suites d’un accident de voiture. Giacometti et Edmonde Charles-Roux assistent à l’enterrement à Chambourcy. Entre décembre 1954 et janvier 1955, le musée national d’Art moderne présente une vaste rétrospective de l’artiste.
 
1955 – Expositions de Giacometti en Allemagne et au Guggenheim Museum de New York.
 
1956 – Giacometti représente la France à la Biennale de Venise. Isaku Yanaihara, professeur de philosophie française à l’université d’Osaka, commence à poser pour lui.
Giacometti protège la production sculptée et modelée par Derain (74 sculptures seront éditées en bronze par Pierre Cailler au début des années 1960).
Balthus est exposé au MoMA. À Chassy, en novembre, il reçoit la visite d’Alberto et Annette Giacometti et de Pierre Matisse.
 
1957 – Texte en hommage à Derain par Giacometti (Derrière le miroir).
 
1958 – Giacometti reçoit un prix Guggenheim pour sa peinture, suivi de nombreuses autres distinctions en France et à l’étranger.
 
1961 – Il expose successivement à Paris, chez Maeght, et à New York, chez Pierre Matisse.
Balthus est nommé directeur de l’Académie de France à la Villa Médicis par Malraux.
 
1962 – Balthus rencontre au Japon, Setsuko Ideta, qui le suit bientôt à Rome.
 
1963 – Giacometti est opéré d’un cancer de l’estomac.
 
1964 – Mort de la mère de Giacometti. Il travaille à un ensemble de lithographies pour Paris sans fin, publié en 1969 par Tériade (éditions Verve).
 
1965 – En été, deux rétrospectives Giacometti : à la Tate Gallery de Londres et au MoMA. Le 5 décembre, Giacometti est hospitalisé.
 
1966 – 11 janvier : Giacometti meurt. Il est enterré au cimetière de Borgonovo (Gri sons).
Balthus, voyant à Rome une statuette de Giacometti, pressent que son ami est mort. L’Albert Loeb and Krugier Gallery à New York expose ensemble des dessins de Balthus et de Giacometti.
 
1967 – Balthus épouse Setsuko Ideta au Japon.
Exposition Derain à la Royal Academy of Art, à Londres.
 
1969 – Mort de la mère de Balthus.
 
1970 – À la Villa Médicis, Balthus organise une exposition Alberto Giacometti puis exposition Derain (1976).
 
1977 – Balthus s’installe au Grand Chalet de Rossinière, en Suisse.
 
1983 – Plusieurs rétrospectives Balthus : à Paris, New York, Kyoto.
 
2001 – 18 février : Balthus meurt au Grand Chalet de Rossinière.
 
Théâtre
 
1924 – Derain participe aux « Soirées de Paris » organisées par le comte Étienne de Beaumont au Théâtre de la Cigale. Jean Cocteau, Tristan Tzara, Darius Milhaud, Erik Satie, Léonide Massine, Pablo Picasso ou Georges Braque collaborent dans une ambiance festive.
Éphémère participation de Balthus aux « Soirées de Paris », auprès de Marc Allégret, grâce à Rainer Maria Rilke et André Gide.
 
1926 – Derain rend hommage à son ami Erik Satie, mort l’année précédente, en créant les décors pour le ballet Jack in the Box lors d’un festival à la mémoire du compositeur (Théâtre Sarah Bernhardt).
 
1929 – La mort de Diaghilev entraîne la dispersion de la troupe des Ballets russes.
 
1932 – René Blum constitue les Ballets russes de Monte-Carlo et commande La Concurrence, avec
des décors et costumes de Derain.
À la demande de Boris Kochno, Giacometti conçoit des projets de décors pour Jeux d’enfants des
Ballets russes de Monte-Carlo. Mais il renonce in extremis,et Joan Mirò doit le remplacer.
En avril, Giacometti se rend avec Pierre Colle, Boris Kochno, Igor Stravinsky, Francis Poulenc et Christian Bérard au Festival d’Hyères, un « spectacle-concert » organisé par Marie-Laure et Charles de Noailles.
 
1933 – Kochno et Balanchine fondent Les Ballets 1933 et créent Les Songes et Fastes, pour lesquels André Derain fournit l’argument, conçoit le livret, les décors et les costumes.
 
1934 – Victor Barnowski monte au Théâtre des Champs-Élysées la comédie de Shakespeare Comme il vous plaira.
Il demande à Balthus (dont il a connu le père à Berlin en 1916) d’en créer les décors et les costumes.
 
1935 – Décors de Derain pour Salade, créé par Albert Flament et Darius Milhaud pour les « Soirées de Paris ».
Balthus participe à la création de la première pièce du « Théâtre de la cruauté » d’Antonin Artaud, Les Cenci, en réalisant les décors et les costumes. Jouée aux Folies-Wagram, la pièce, financée par l’actrice principale, Iya Abdy, n’aura que quatorze représentations.
 
1936 – Derain crée les décors et costumes pour les Ballets Russes de Monte-Carlo qui montent
L’Épreuve d’amour ou Chung-Yang et le mandarin sur une musique de Mozart. Balthus, qui est chez les Noailles à Hyères, l’aide probablement pour le montage.
 
1948 – Jean-Louis Barrault, qui a vu les Cenci, fait appel à Balthus pour réaliser les décors et costumes de L’État de siège d’Albert Camus (Théâtre Marigny).
 
1949 – Kochno commande à Balthus les costumes et décors du ballet Le Peintre et son modèle, chorégraphié par Léonide Massine.
 
1950 – Pour le Festival Ravel organisé par l’Opéra-Comique, Derain réalise les décors et costumes de La Valse.
À la demande de Cassandre, Balthus crée les décors et costumes de Così fan tutte de Mozart pour le Festival d’Aix-en-Provence fondé en 1948 par Gabriel Dussurget.
 
1951 – Pour l’édition suivante, à la demande de Cassandre et Edmonde Charles-Roux, André Derain conçoit les décors et costumes de L’Enlèvement au sérail de Mozart.
 
1953 – André Derain revient à Aix-en-Provence pour les décors du Barbier de Séville de Rossini.
Balthus réalise un décor austère et des costumes pour L’Île des Chèvres d’Ugo Betti avec Laurence Bataille dans le rôle de Silvia (Théâtre des Noctambules).
 
1960 – Jean-Louis Barrault sollicite à nouveau Balthus pour les décors du Jules César de Shakespeare. Le peintre s’inspire du Théâtre olympique de Palladio et du Songe de Constantin de Piero della Francesca pour créer un décor architecturé.
 
1961 – Jean-Louis Barrault, nouveau directeur du Théâtre de l’Odéon, programme En attendant Godot repris par Roger Blin. Beckett sollicite Giacometti pour le décor : l’artiste réalise un arbre en plâtre.
 
 

Les commentaires sont fermés.