Philip Kerr 2 romans

Date de publication : 9 décembre 2013

Hôtel Adlon

hotel adlonLa suite des aventures de l’inspecteur Bernie Gunther qui rétrograde au rang de vigile chef pour l’hôtel Adlon quand même, le grand hôtel mythique et luxueux de Berlin… Voilà  à quoi ça menait de ne pas aimer les nazis dans les années 40 en Allemagne quand on était soi-même allemand …

Quelques extraits qui montrent l’humour de Kerr, malgré le tragique de cette époque :

– Sur les murs, il y avait plusieurs grands tableaux sans cadre, qui étaient soit d’excellentes représentation de vomi, soit de l’abstraction contemporaine. Je n’arrivais pas à trancher.

– Leurs tuniques brunes et leurs brassards rouges les rendaient facilement reconnaissables, ce qui m’incitait à penser que les fonctionnaires nazis et les faisans avaient au moins une chose en commun : il n’était pas nécessaire de les connaître personnellement pour avoir envie de leur tirer dessus.

 

le chiffre de l'alchimisteLe chiffre de l’alchimiste

Ça se passe à la fin du XVIIème siècle avec Newton en personne ! Philip Kerr est moins à l’aise ici que dans l’Allemagne nazie… Ça n’est pas une pomme que Newton aurait reçu sur la tête mais une figue,oui-oui. Encore qu’en Angleterre trouver des figuiers ne doit pas être facile !

On en apprend ainsi beaucoup sur le savant et puis l’alchimie c’est bien, c’est mystérieux et ça fait vendre.

Pas à la hauteur de Philipp Kerr

Les commentaires sont fermés.