Calendrier des grandes expositions artistiques à Paris

Expositions actuelles et futures à Paris et parfois ailleurs par Jean-Pierre Duvaleix

Van Gogh : La nuit étoilée du 22 février au 31 décembre 2019 : Une déambulation dans les plus grands chefs-d’oeuvre de Van Gogh

La nouvelle exposition numérique de l’Atelier des Lumières propose une immersion dans les toiles de Vincent van Gogh (1853-1890), génie ignoré de son vivant, qui a bouleversé la peinture. Épousant la totalité de l’espace de l’Atelier, cette nouvelle création visuelle et sonore retrace la vie intense de l’artiste tourmenté qui peignit pendant les 10 dernières années de sa vie plus de 2000 tableaux, aujourd’hui dispersés à travers le monde.

L’exposition parcourt l’immense production de Van Gogh, qui évolue radicalement au fil des ans, des Mangeurs de pommes de terre (1885), aux Tournesols (1888) en passant par La Nuit étoilée (1889) et à La Chambre à coucher (1889). L’Atelier des Lumières révèle les coups de brosse expressifs et puissants du peintre hollandais et s’illumine aux couleurs audacieuses de ses toiles au style sans égal. Les nuances sombres succèdent aux teintes chaudes.

Atelier des Lumières 38 rue Saint Maur 75 011 Paris T. 01 80 98 46 00

Centre Pompidou

– Bacon en toutes lettres

À la suite des monographies consacrées à Marcel Duchamp, René Magritte, André Derain ou encore Henri Matisse, le Centre Pompidou poursuit la relecture des œuvres majeurs du 20e siècle et consacre une vaste exposition à Francis Bacon. La dernière grande exposition française de cet artiste eut lieu en 1996, au Centre Pompidou. Plus de vingt ans après, « Bacon. En toutes lettres » réunit des peintures de 1971 – année de la rétrospective que lui consacrent les galeries nationales du Grand Palais – à ses dernières œuvres en 1992 ; Didier Ottinger assure le commissariat de l’exposition qui explore de façon inédite l’influence de la littérature sur la peinture de Francis Bacon.

11 sept. 2019 – 20 janv. 2020 de 11h à 21h

Galerie 2 – Centre Pompidou, Paris

Nocturne le jeudi (23h)

Musée Eugène Delacroix

  • Dans l’atelier  La création à l’oeuvre

Du 15 mai au 30 septembre 2019

Installé dans le dernier atelier du peintre romantique, le musée Delacroix fait jaillir un imaginaire particulièrement puissant. Lieu de mémoire, il est aussi, grâce à l’ambition de sa transformation en musée par les grands artistes des années 1920, un lieu de création et un lieu de vie. Consacrée à l’atelier et aux métamorphoses qu’il autorise, permet et provoque, l’exposition Dans l’atelier, la création à l’œuvre dévoile le processus créateur de Delacroix et met en lumière, l’importance, en ces lieux, de la transmission artistique à laquelle nous ont invité les fondateurs du musée.

L’exposition donne à voir le génie créatif de Delacroix en mettant en évidence, pour un ensemble d’œuvres choisies, les sources auxquelles il s’est référé et les études qu’il a dessinées, peintes ou mises en forme. Delacroix conservait dans son atelier les dessins et les études préparatoires à toutes ses œuvres, autant de notes que l’artiste pouvait reprendre pour d’autres compositions ou projets.

Ponctuée par des œuvres d’artistes du XIXe et du XXe siècle, l’exposition est dédiée au processus artistique. Les filiations artistiques entre Delacroix et de nombreux autres artistes sont évoquées, de Théodore Géricault à Jean-Baptiste Carpeaux, de Théodore Chassériau à Paul Gauguin. Le projet s’ouvre notamment par une présentation de l’atelier comme sujet de représentation artistique et montre des vues d’atelier de Delacroix lui-même, de Frédéric Bazille et de Pablo Picasso qui l’admiraient. Chaque section s’organise autour d’une ou plusieurs thèmes chers à Delacroix tels que la peinture des fauves, les mythes de Médée, d’Orphée, l’histoire d’Ovide, la représentation des « têtes coupées » ou encore les enlèvements, et illustre le lien créatif qui unit Delacroix

Musée national Eugène-Delacroix
6 rue de Fürstenberg
75006 Paris

Fondation Custodia

du 21 septembre au 15 décembre 2019

La Fondation Custodia présente cet automne deux rétrospectives, consacrées aux œuvres de Willem Bastiaan Tholen (1860-1931) et à celles de Gérard de Palézieux (1919-2012).

Le peintre impressionniste néerlandais Willem Bastiaan Tholen s’essaya à des sujets très divers. Si ses paysages et ses marines sont plus familiers aux amateurs, ce sont ses vues urbaines et ses intérieurs qui surprennent davantage. Le peintre s’intéressa surtout à l’atmosphère, aux couleurs et à la lumière. Son œuvre s’apparente aux tableaux du mouvement naturaliste appelé École de La Haye, mais aussi à ceux des impressionnistes d’Amsterdam. Tholen bénéficia toutefois de moins d’attention qu’ont pu en recevoir certains de ses contemporains.

La rétrospective, organisée conjointement par la Fondation Custodia et le Dordrechts Museum, contiendra une centaine d’œuvres (tableaux, dessins, estampes), provenant de musées et de collections privées néerlandais, ainsi que de la Fondation Custodia.

Fondation Custodia 121, rue de Lille – 75007 Paris Tél : +33 (0)1 47 05 75 19

Tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h. Plein tarif 10 €  Tarif réduit 7 €  Le tarif réduit est accordé aux +60 ans, chômeurs, groupes de 10 personnes minimum

A venir :

  • Toulouse-Lautrec : Résolument moderne
9 octobre 2019 – 27 janvier 2020

Bien souvent réduite à la culture de Montmartre, l’œuvre de Toulouse- Lautrec transcende pourtant ce cliché. Si l’artiste a merveilleusement représenté l’électricité de la nuit parisienne et ses plaisirs, Toulouse-Lautrec était surtout animé d’une ambition esthétique, celle de traduire la réalité de la société moderne en ses multiples visages.

Exposition coproduite par les musées d’Orsay et de l’Orangerie et la Rmn – Grand Palais avec le soutien exceptionnel de la ville d’Albi et du musée Toulouse-Lautrec. Exposition conçue avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France, détentrice de l’ensemble de l’œuvre lithographié de Henri de Toulouse-Lautrec.

– Greco

16 octobre 2019 – 10 février 2020

Cette rétrospective est la première grande exposition jamais consacrée en France à ce génie artistique. 
 
Né en 1541 en Crète, Domenico Theotokopoulos, dit El Greco, fait son premier apprentissage dans la tradition byzantine avant de parfaire sa formation à Venise puis à Rome.

C’est cependant en Espagne que son art s’épanouit et s’implante durablement à partir de la décennie 1570. Attiré par les mirifiques promesses du chantier de l’Escorial, l’artiste importe dans la péninsule la couleur du Titien, les audaces du Tintoret et la force plastique de Michel-Ange. Cette éloquente synthèse, originale mais cohérente par rapport à sa trajectoire, donne à Greco, mort quatre ans après Caravage, une place particulière dans l’histoire de la peinture : celle du dernier grand maître de la Renaissance et du premier grand peintre du Siècle d’Or.

Redécouvert à la fin du XIXe siècle, reconnu et adopté par les avant-gardes du début du XXe, l’artiste jouit ainsi du double prestige de la tradition et de la modernité, reliant le Titien aux Fauves, le maniérisme au cubisme, à l’expressionnisme et à l’abstraction.

Grand Palais : Avenue Winston Churchill 75008 Paris Heures d’ouverture : Tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

 

– La Collection Alana, chefs-d’oeuvre de la peinture italienne

13 septembre 2019 -20 janvier 2020
Musée Jacquemart-André

À la rentrée 2019, le musée Jacquemart-André met à l’honneur la Collection Alana, l’une des plus précieuses et secrètes collections privées d’art de la Renaissance italienne au monde, actuellement conservée aux Etats-Unis. En écho à son exceptionnelle collection d’art italien, le musée Jacquemart André présente plus de 75 chefs-d’oeuvre des plus grands maitres italiens comme Lorenzo Monaco, Fra Angelico, Uccello, Lippi, Bellini, Carpaccio, Le Tintoret, Véronèse, Bronzino ou Gentileschi.
Cette exposition offre l’occasion unique d’admirer pour la première fois des tableaux, sculptures et objets d’art jusque-là jamais été présentés au public.

Le musée Jacquemart-André est un modèle pour les amateurs qui ont constitué, à leur tour, une collection d’art essentiellement tournée vers la Renaissance italienne. L’ensemble réuni par Édouard André et Nélie Jacquemart a inspiré les collectionneurs américains les plus exigeants qui ont rassemblé un panel d’oeuvres considérable.

Fidèle à la sensibilité originelle de ses fondateurs, le musée Jacquemart-André présente pour la première fois au monde une sélection de chefs-d’oeuvre issue de la Collection Alana. Bien connue des historiens de l’art, cette collection est encore méconnue du grand public, car elle n’a jamais été exposée.

Dans la lignée des plus grandes collections américaines, la Collection Alana est le fruit d’un intense travail de sélection et d’amour de l’art opéré depuis plusieurs décennies par Alvaro Saieh et Ana Guzmán, un couple dont la réunion des prénoms forme le nom de la Collection Alana.

Musée Jacquemart-André 158, boulevard Haussmann – 75008 PARIS Tel. : + 33 (0)1 45 62 11 59
 
 

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés