Joyce Carol Oates, une romancière de talent

Joyce Carol Oates est une poétesse et romancière américaine née le 16 juin 1938 à Lockport.

Elle mène de front sa carrière littéraire (très prolifique, elle a écrit une trentaine de romans) et le métier de professeur de littérature à Princeton.

Elle a beaucoup de talent et met de la poésie même dans ses romans.

BLONDE

La vie romancée (mais pas tant que ça !) de Marylin Monroe.

Un grand roman (976 pages).

Quand on ignore tout de la vie de cette actrice, on est surpris et assez fasciné par ce mélange de fragilité et de détermination.

D’abord son enfance. Pas de père connu d’elle… Une mère atteinte de maladie mentale qui est enfermée à l’asile après avoir tenté de l’ébouillanter … Puis elle est placée à l’orphelinat, famille d’accueil et mariage à 16 ans.

Mais sa vie est bien expliquée d’ailleurs dans wikipédia pour ceux que ça intéresserait.

Ici, sans doute pour des raisons de confidentialité, les noms des personnages ne sont pas toujours donnés et cela donne au roman un tour assez étrange, presque surréaliste. Ainsi, Di Maggio, ex mari de Marylin, est appelé « l’ex sportif », etc.

Marylin Monroe

Joyce Carol Oates s’est sans doute aussi projetée dans la vie de Marylin. Elle dit page 100 :

-  « Votre punition si vous êtes une femme : pas assez aimée. »

Elle pense qu’il y a une certaine tragédie à être une femme et que Marylin représente bien cette tragédie.

Elle décrit également le monde destructeur et sans pitié d’Hollywood.

Elle dit dans une interview à « Lire » qu’elle reste persuadée que si Marylin était restée à New York pour faire du théâtre, elle serait encore en vie…

Elle vit une sorte de schizophrénie, à la fois Marylin Monroe, personnage inventé appartenant à Hollywood et Norma Jean Baker qui est son vrai nom, passant de l’un à l’autre de ces personnages avec plus ou moins de facilité.

Norma est une jeune femme américaine, plutôt classique et désirant se cultiver (elle lit « l’art du comédien », Schopenhauer et d’autres). Elle croit à son métier mais parallèlement on ne lui demande de n’être que la poupée sexy nommée Marylin.

Joyce Carol Oates nous la décrit souvent devant son miroir et lui demandant de devenir Marylin…

Un roman passionnant.

 

MON COEUR MIS A NU

622 pages chez Stock

Un vrai conte moderne, mais pas ennuyeux du tout et qui tient en haleine jusqu’à la fin.

C’est la vie d’un escroc de haut-vol, ses mémoires en quelque-sorte et dans lesquelles il ne cache rien (d’où le titre, également une allusion au journal intime de Baudelaire).

Quelques phrases :

-  « Le fait d’être né est un mauvais présage d’immortalité, comme l’a dit George Santayana, un des mes anciens patients. » (Il faut savoir que George Santayana est un philosophe, poète et romancier américain, même s’il n’a écrit qu’un seul roman de toute sa vie !)

-  « on achète non pas un produit mais l’idée d’un produit »

Ce livre est à la fois délirant, poétique et plein d’une profonde sagesse. A lire aussi.

NOUS ETIONS LES MULVANEY

Nous étions les Mulvaney

Certainement l’un de ses plus beaux romans. L’histoire d’une famille américaine assez classique et dans laquelle la vie est belle.

Et tout à coup, un évènement survient qui va modifier la vie de toute la famille. Les plus grands s’en vont et les autres suivent, le mari sombre dans l’alcool.

Le conte de fées devient cauchemar…

Mais l’épilogue est surprenant et malgré tout très optimiste !

CORKY

Joyce Carol Oates veut ici écrire « comme un homme » et c’est une des choses les plus amusantes du livre.

À quel point se trompe-t-elle et où se trompe-t-elle, cherchez l’erreur !

C’est l’histoire d’un américain d’origine irlandaise. Il vit à Union City près de New York et quoique parti d’assez bas, il a bien réussi dans la vie.

Son principal problème est sa tendance à suivre son instinct, un peu comme un animal et à être, bien entendu, un obsédé sexuel. Il a en effet tendance à penser avec ses attributs de mâle. Grand amateur de beuveries, cela lui joue parfois quelques tours.

Tous les poncifs sur les « mâles » sont réunis ici, mais c’est amusant quand même !

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés