Hammershøi, maître de la peinture danoise à Jacquemart André

Les oubliés de la peinture danoise : Hammershøi, Ilsted et Holsøe

Une nouvelle exposition s’ouvre au Musée Jacquemart-André et ce sera, pour beaucoup, une découverte ! Vilhelm Hammershøi ((1864-1916) n’est, en effet, pas encore très connu du grand public en France.

Il est accompagné ici par deux autres grands peintres danois, Peter Ilsted (devenu son beau-frère) et Carl Holsøe (un ami) rencontrés au cours préparatoire de l’Académie à l’âge de 15 ans. Il en suivra les cours jusqu’à l’âge de 20 ans. C’est une très sérieuse formation…

Ces trois peintres ont tous à peu près le même style, avec toutefois des couleurs plus saturées chez Holsøe et Ilsted, alors qu’Hammershoi privilégie plus la lumière et qu’il se dégage une atmosphère un peu triste dans ses oeuvres.

Le style atteint la perfection, il n’y a pas d’erreur, ni dans la perspective,  ni dans les couleurs, mais Hammersøi a pourtant un style, bien différent de celui des peintres pompiers par exemple, tels Bouguereau, Gérome (art académique) etc., car bien que techniquement rigoureux, il se dégage de ses toiles beaucoup de poésie, une recherche de pureté. A remarquer que le thème “femmes de dos” est fréquent.

Certaines de ses oeuvres et celles de ses amis rappellent notamment Vermeer.

Silence, lumière et poésie : Vilhelm Hammershøi

La première impression qui vient devant les toiles d’Hammershøi, devant notamment ces intérieurs peu meublés, est une impression de silence… Il arrange son appartement en vue de ses tableaux à venir, un peu comme Monet arrangeait son jardin de Giverny pour la même raison.

Il y a chez lui une grande économie de couleurs, juste un peu en dessous de ce qu’il faudrait. Ce qu’il faudrait, on le trouve chez son beau frère, le non moins grand Peter Ilsted et même chez son ami Carl Holsøe.

Voici quelques photos de l’exposition qui vous permettront d’en avoir un aperçu, mais rien ne vaut la visite réelle !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette exposition fait partie de celles qui marqueront l’année 2019 et donc à voir absolument (vous avez jusqu’au 22 juillet) !

Et en attendant, voici une très courte vidéo pour vous donner une idée de l’ambiance de cette exposition :

Quelques repères chronologiques (source dossier de presse – Culturespaces – HammershØi, le maître de la peinture danoise)

15 mai 1864 : Naissance à Copenhague, Ved Stranden 2, de Vilhelm Hammershøi, deuxième fils du marchand Christian Hammershøi (1828-1893) et de Frederikke, née Rentzmann (1838- 1914) dans un immeuble appartenant à son grand-père l’armateur C. F. Rentzmann.
1872 : Vilhelm Hammershøi étudie le dessin avec Niels Christian Kierkegaard qui fut un élève de C. W. Eckersberg à la Kunstakademiet (Académie royale des Beaux-Arts), jusqu’en 1876.
1877-1878 : Il étudie auprès de Carl F. Andersen et de Holger Grønvold qui fut un élève d’Henri Lehmann à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. Il prend des leçons de peinture avec Frederik Rhode et Vilhelm Kyhn.
1879 : Il est admis en octobre au cours préparatoire de l’Académie et il y étudie jusqu’en avril 1884. C’est là qu’il rencontre Carl Holsøe, Peter Ilsted, J. F. Willumsen, qui resteront ses amis jusqu’à sa mort.
1883 : il étudie à la De frie Studieskoler sous la direction de P. S. Krøyer.
1885 : Il participe pour la première fois à l’exposition de printemps de l’Académie à Charlottenborg et au concours pour le Prix Neuhaus de l’Académie avec Portrait d’une jeune fille, qu’il n’obtient pas malgré les protestations de nombreux artistes. Il visite Berlin et Dresde. Frederikke Hammershøi commence son premier scrapbook consacré à Vilhelm Hammershøi qu’elle continuera jusqu’à sa mort en 1914.
1887 : Il fait un voyage en Hollande (Amsterdam, Haarlem, La Haye, Rotterdam) et en Belgique (Anvers, Bruges, Bruxelles).
1888 : Le tableau de Vilhelm Hammershøi Jeune Fille cousant est refusé par le jury de l’exposition de Charlottenborg, mais il est montré dans une exposition de protestation avec toutes les oeuvres refusées. Il est alors acheté par le dentiste Alfred Bramsen (1851-1932) qui deviendra le principal collectionneur, mécène et biographe du peintre. Pendant l’été, Vilhelm Hammershøi séjourne à Lingby au nord de Copenhague chez le peintre et historien de l’art Karml Madsen. Il y peint son premier « intérieur ».
1889 : Séjour à Paris à l’occasion de l’Exposition Universelle, où il expose quatre tableaux.
1890 : Hammershøi se fiance avec Ida Ilsted, soeur de son camarade à l’Académie Peter Ilsted et fille du marchand J. P. Ilsted. Le jury de l’exposition de Charlottenborg refuse son tableau Intérieur de chambre, ce qui est une raison supplémentaire pour le peintre Johan Rhode, ami de Hammershøi, de créer « Den frie Udstilling » (La Libre Exposition) sur le modèle du Salon des Refusés parisiens, à laquelle Hammershøi participe. En juillet, le critique français Théodore Duret se rend à Copenhague où il admire ses peintures qu’il découvre chez Alfred Bramsen, Karl Madsen et chez ses parents.
1891 : Hammershøi participe en tant que membre fondateur à la première exposition de Den frie Udstilling. Il part avec Ida pour Paris, en passant par la Hollande et la Belgique. Ils louent un appartement avenue Kléber et verront très souvent J. F. Willumsen déjà installé à Paris. Hammershøi se rend fréquemment au Louvre, en particulier pour copier un basrelief grec archaïque. Il rencontre le marchand Durand-Ruel ainsi que Théodore Duret qui s’intéresse à sa peinture.
1892 : Retour à Copenhague où le couple s’installe à Rahbecks Allé dans le quartier de Frederiksberg.
1893 : Christian Hammershøi, père de l’artiste, meurt le 27 avril. Vilhem Hammershøi reçoit une bourse de l’Académie pour voyager et visite Florence, Fiesole, Sienne, Padoue, Venise et Vérone.
1894 : Il expose son grand tableau Artemis à Den frie Udstilling au printemps.
1895 : Sur une commande du luthier Emile Hjorth, Hammershøi peint le portrait de groupe Trois Jeunes Femmes.
1897 : Serge Diaghilev achète deux tableaux de Hammershøi (qui n’ont pas été retrouvés à ce jour). Le couple Hammershøi part pour Londres en octobre et y séjourne jusqu’en décembre.
1898 : Hammershøi déménage en septembre dans l’appartement où il peindra le plus d’intérieurs, à Strangade 30 au premier étage.
1900 : Exposition rétrospective de Hammershøi au Kunstforeningen (Société des Arts de Copenhague). Alfred Bramsen dresse la première liste de ses oeuvres.
1901 : Hammershøi commence son grand tableau Cinq Portraits, qu’il expose à Den frie Udstilling (La Libre Exposition) l’année suivante.
1903 : À Copenhague, par l’entremise d’Alfred Bramsen, il fait la connaissance du pianiste anglais Leonard Borwick qui l’introduit dans les milieux artistiques britanniques.
1905 : Visite du marchand Paul Cassirer qui achète plusieurs de ses peintures. Une exposition monographique de Hammershøi est organisée à Berlin.
1907 : Exposition monographique de Hammershøi à Londres à la galerie Van Wisselingh et participation à la grande Exposition danoise (Guildhall Exhibition). Ida et Vilhem partent pour l’Italie mais sont arrêtés par la police de Florence par erreur, ayant été pris pour des faussaires. Choqués, ils repartent le jour même pour Copenhague.
1909 : Hammershøi est admis comme membre de l’assemblée générale de l’Académie.
1911 : Il reçoit le Premier Prix de 10 000 lires à L’Exposition Internationale d’art de Rome.
1912 : Le Musée des Offices à Florence lui commande un autoportrait pour la fameuse collection des autoportraits d’artistes.
1914 : Frederikke Hammershøi meurt le 11 juin. Vilhem Hammershøi souffre déjà d’un cancer de la gorge.
1915 : Très malade, il peint son dernier tableau, aujourd’hui dans la collection Marin Karmitz à Paris.
1916 : Il meurt le 13 février à l’hôpital municipal de Copenhague. Les obsèques ont lieu à l’église de Frederiksberg où son cercueil est porté par ses amis, dont Carl Holsøe et Peter Ilsted. Une exposition commémorative a lieu au Kunstforeningen (Société des Arts de Copenhague).

Musée Jacquemart-André
158 boulevard Haussmann, 75008 Paris

Ouvert tous les jours de 10h à 18h.
Nocturne le lundi jusqu’à 20h30 en période d’exposition

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés