Martina Cole, plus que du policier

Martina Cole est née en 1959 en Angleterre.

Elle écrit des livres policiers dans lesquels le truand n’a rien du « gentleman cambrioleur », mais est bien plutôt de la race des psychopathes pervers…

Les scènes décrites sont absolument abominables et elle appelle un chat un chat…

Elle s’en est sorti grâce sans doute à l’écriture et au succès phénoménal de ses livres (dix millions d’exemplaires vendus dans le seul Royaume-Uni !).

Mais ses romans sont plus que des policiers,mais plutôt des drames psychologiques vécus.

Il m’a semblé lire toujours à peu près le même livre, réécrit avec des variantes et pour cause, elle raconte tout simplement une partie de ce qu’a été sa vie, un drame continu et quotidien…

On fait connaissance avec un milieu horrible, celui des gangsters, mais surtout celui de leurs femmes, qui est toujours un enfer et qui, de plus, se répète, de génération en génération, aussi bien pour les fils que pour les filles, le garçon devenant une brute et la fille une esclave…

J’ai lu, un peu dans le désordre, mais ça n’est pas trop grave :

-  Deux femmes
-  Le clan
-  La proie
-  Jolie poupée
-  Caïds
-  Le tueur
-  Sans visage

Plusieurs de ses romans ont été adaptés par la télévision britannique et en 2010, « Deux femmes » a été adapté pour la scène.

Très bien écrits, ses romans ont toujours une intrigue passionnante. A lire donc, mais âmes sensibles s’abstenir…

Jean-Pierre Duvaleix : http://www.duvaleix.com

le 3 avril 2011
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés