Comment faire et refaire un tableau à l’huile

Il arrive qu’un tableau, pas vraiment terminé, ne nous convienne pas.

Ce qui est intéressant avec la peinture à l’huile, c’est qu’on peut le refaire.

Dans le cas qui nous intéresse ici, il se trouve que j’avais pris des photos de personnages en train de ramasser des coquillages, en Normandie, à marée basse.

Comme d’habitude quand je peins, la première des choses consiste à réfléchir à l’image que je veux en donner.

Pour m’aider, je me sers de logiciels de traitement d’images, en l’occurrence Paint Shop Pro et Gimp, pour amener la photo à ressembler le plus possible à ce que je veux obtenir, sachant qu’ensuite, je me réserve toujours le droit d’interpréter à ma façon (ce que je fait toujours en fait !)…

Je fais aussi des essais à l’aquarelle et même à l’huile sur papier.

Mais revenons à nos moutons.

La première erreur a été tout d’abord de prendre une couleur terre (ombre brûlée) pour les rochers du premier plan, alors que l’ensemble était plus « gris » que « terre » et qu’on ne peut pas faire cohabiter du gris et une couleur terre, l’effet étant généralement catastrophique.

La deuxième erreur a été de me servir de bleu de céruléum pour le ciel et les mélanges, trop clair…

La troisième erreur fut de prendre de la laque de garance, contenant beaucoup trop de bleu.

J’ai donc rectifié le tout en commençant par effacer, autant que faire se peut, au white-spirit, pour éviter des mélanges intempestifs entre la terre et les autres couleurs.

Ensuite pour faire mes gris, j’ai pris du bleu de prusse (très coloré), du jaune de cadmium foncé, et du rouge de cadmium, en faisant varier les quantités en fonction de ce que je voulais obtenir. Et j’ai recouvert le tout, presque comme j’aurais fait pour un nouveau tableau.

La vidéo ci-dessous est en partie en accéléré, car autrement elle aurait été très longue (elle l’était d’ailleurs au départ !).

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés