Turlupinades et tricoteries

Turlupinades et tricoteries, Dictionnaire des mots obsolètes de la langue française, d’Alain Duchesne et Thierry Leguay aux Editions Larousse.

A l’heure où le vocabulaire des jeunes se limite, pour exprimer un avis, à : “Géant !” ou “Nul !”(*), avec rien au milieu, voilà un charmant petit livre qui fleure bon l’expression française, imagée, imaginative, humoristique, cinglante ou précise. Tous ces mots sont morts ? Donnons-leur une seconde vie ! Réintroduisons-les dans notre langue sans l’arrière-pensée d’un passéisme quelconque, tout simplement parce qu’il est joyeux, en plus d’être enrichissant, de disposer d’une gamme de mots qui ont de la couleur, de la tenue, de la musicalité, de l’impertinence et de la pertinence à la fois.

En prime de ce florilège de mots anciens et de leur définition, ce livre est ponctué de quelques gravures réjouissantes ; ainsi la bigotelle (qui servait à maintenir les moustaches relevées la nuit), la friponne (jupe de dessous), le sphymographe, le porte-fainéant ou le “bec de cane” à nouveau à la mode…

Petite démonstration à l’attention d’un mauvais peintre :

“Ses tartouillades concolores, fadettes, sans nacarat, zinzoline, ni azur, galimafrée d’artiste, ne risquaient pas d’alimenter son maigre frusquin et ne feraient de lui qu’un pauvre cascaret. Les gobe-mouches et les mauclercs, les critiques mal oculés, sans parler des patte-pelus, pourraient bien patrociner ses oeuvres, il ne mériterait jamais qu’un travail de rapin.”

Muriel Marhic

(*)Lire l’excellent livre de Jean-Paul Brighelli : “La Fabrique du crétin”

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés