“Un enfant du pays” et “Black Boy” de Richard Wright

Richard Wright (1908-1960), petit-fils d’esclave, est un grand écrivain, noir américain..

« Un enfant du pays », écrit en 1940, raconte la descente aux enfers d’un jeune noir dans l’Amérique raciste de l’époque. C’est poignant et très bien écrit. En voici un extrait p. 340 :

« S’étant trouvé, à cause d’un meurtre non prémédité, dans une situation qui lui avait permis de déceler un ordre et une signification possibles dans ses rapports avec le monde environnant ; ayant accepté le fait qu’il était moralement coupable et responsable du meurtre, parce que ce meurtre lui avait procuré, pour la première fois de sa vie, un sentiment de liberté ; ayant ressenti dans son coeur un obscur besoin de fraterniser avec son prochain et demandé l’argent de la rançon dans l’espoir d’assouvir ce besoin – ayant accompli tout cela et ayant échoué, il avait décidé de ne plus lutter. Par un acte suprême de sa volonté, émanant de l’essence de son être, il s’était détourné de sa vie et de la longue file de conséquences désastreuses qui en était issue et considérait rêveusement le sombre visage des eaux vénérables sur lesquelles un esprit avait soufflé pour le créer, le sombre visage des eaux à partir desquelles il avait été primitivement conçu à l’image de l’homme, avec les besoins et les désirs obscurs des hommes ; et il éprouvait l’envie de retourner à ces eaux et de reposer au sein de l’éternité. »

Blackboy, écrit en 1945 est tout aussi bien. C’est une oeuvre totalement autobiographique : comment, partant d’une enfance épouvantable, il est devenu écrivain.

A lire absolument.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés