Velázquez au Grand Palais

Exposition exceptionnelle afficheprésentée par la RMN du 25 mars au 13 juillet 2015 dans le cadre majestueux du Grand Palais à Paris.

Il faut d’abord savoir que Velazquez n’a réalisé dans toute sa vie qu’une centaine d’oeuvres.

On en verra ici 57 sur un total de 119  exposées. Les autres sont de différents peintres, dont certaines de son maître Francisco Pacheco (1564-1644), ou même de Juan Bautista Martínez del Mazo (1612 – 1667)

La scénographie, étudiée avec soin, met particulièrement en valeur les œuvres exposées. On passe ainsi de murs blancs à des murs très foncés (presque noirs !), puis à des murs verts, rouges…

Précoce, Velázquez commença dès l’âge de 12 ans à étudier la peinture avec talent.

Il fut célèbre très tôt et sa renommée parvint jusqu’à la Cour du roi Philippe IV qui finit par l’engager. Il devint alors proche du roi et de sa famille (le roi était un peu plus jeune que lui).

Plus tard il devint même «grand maréchal du Palais» et fut témoin au mariage de l’Infante Marie-Thérèse avec Louis XIV.

Il y a de nombreux “tableaux de Cour”, mais aussi d’autres, plus intimistes et de formats plus petits tel ce magnifique portait de l’Infante Marie-Thérèse coiffée d’une perruque avec des papillons scintillants (sans doute du tulle avec des perles…)

Diego Rodríguez de Silva y Velázquez (1599-1660) L’Infante Marie-Thérèse Vers 1652 Huile sur toile, 34,3 × 40 cm New York, The Metropolitan Museum of Art, The Jules Bache Collection, 1949

Diego Rodríguez de Silva y Velázquez (1599-1660)
L’Infante Marie-Thérèse Vers 1652
Huile sur toile, 34,3 × 40 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art, The Jules Bache Collection, 1949

 

Il y a aussi des autoportraits, des natures mortes et des tableaux religieux, dont des portraits saisissants comme celui de la Mère Jerónima de la Fuente, dans lequel elle semble brandir son crucifix comme une arme !

Mère Jerónima de la Fuente

Diego Rodríguez de Silva y Velázquez (1599-1660) Mère Jerónima de la Fuente 1620 Huile sur toile, 160 × 106 cm Collection particulière

 

 Avant l’impressionnisme ?

Les études faîtes pour le grand tableau du pape Innocent X par exemple, sont très proches de l’impressionnisme. Il y a là un petit tableau très parlant à cet égard. Le contraste est légèrement plus fort, le dessin moins “fini” au sens académique du terme et la touche plus affirmée (dans les blancs notamment), comme dans le portrait de la jeune paysanne ci-dessous :

Diego Rodríguez de Silva y Velázquez (1599-1660) Jeune paysanne (La Contadina) Vers 1650 Huile sur toile, 65 × 51 cm Collection particulière

Diego Rodríguez de Silva y Velázquez (1599-1660) Jeune paysanne (La Contadina)
Vers 1650 Huile sur toile, 65 × 51 cm
Collection particulière

 

A la fin de l’expo, on a une salle “Velázquez après Velázquez” dans laquelle on voit quelques “suiveurs”, comme Miranda ou Mazo. de très grands peintres également.

 Pas de Ménines

Le chef-d’œuvre de Vélazquez, “Les Ménines”  ne figure pas ici, le Musée du Prado à Madrid ne souhaitant pas son déplacement.

Il faudra donc vous contenter d’une petite copie de Juan Bautista Martínez del Mazo à côté d’une grande et impeccable Vue de Saragosse de 3,31 m de large sur 1,81 m de haut !

Une beauté qui montre bien le talent énorme de Velázquez, c’est l’Immaculée Conception, chef d’œuvre réalisé à 18 ans !

Diego Velázquez L’Immaculée Conception 1618-1619 huile sur toile, 135 x 101,6 cm Londres, The National Gallery © The National Gallery

Diego Velázquez L’Immaculée Conception
1618-1619
huile sur toile, 135 x 101,6 cm Londres, The National Gallery
© The National Gallery

 

et son éclectisme, car le tableau ci-dessus est peint au même âge !

Diego Velázquez La Mulata 1617-1618 huile sur toile, 55,9 x 104,2 cm Chicago, The Art Institute © The Art Institute, Chicago

Diego Velázquez La Mulata
1617-1618 huile sur toile, 55,9 x 104,2 cm
Chicago, The Art Institute
© The Art Institute, Chicago

 

Vous avez jusqu’au 15 juillet 2015 pour voir cette belle exposition.

 

 

Biographie (Source Rmn)

1599
Naissance de Diego Rodríguez de Silva y Velázquez dans l’église San Pedro à Séville.

1605
Naissance de Philippe IV, futur roi d’Espagne, à Valladolid.

1611
Juan Rodríguez de Silva, le père de Diego, signe avec Francisco Pacheco (1564-1644) un contrat d’apprentissage d’une durée de six années pour son fils.

1615
Mariage du futur Philippe IV avec Isabel de Bourbon.

1617
Après avoir achevé sa formation, Velázquez passe un examen devant la corporation des peintres sévillans. Il peut ainsi exercer son métier et ouvrir un atelier où il le souhaite en Espagne.

1618
Velázquez épouse la fille de Francisco Pacheco, Juana Pacheco Miranda, dans l’église San Miguel à Séville.

1621
Don Gaspar de Guzmán, comte d’Olivares (1587-1645), est fait Grand d’Espagne.

1622
Olivares entre au Conseil d’État, avec le rang de ministre.

1622
Premier séjour du peintre à Madrid.

1623
Grâce aux proches de Francisco Pacheco et plus précisément à don Juan de Fonseca, aumônier du roi, le comte-duc d’Olivares (1587-1645) fait venir Velázquez à la Cour une nouvelle fois afin qu’il y peigne un portrait du roi. Achevé le 30 août, le portrait (aujourd’hui perdu) remporte un vif succès et ouvre à l’artiste les portes de la Cour. Après s’être installé à Madrid sur les ordres de Philippe IV, Velázquez est nommé peintre du Roi.

1625
Velázquez peint le portrait équestre de Philippe IV (aujourd’hui perdu), qui connaît un succès retentissant lors de son exposition Calle Mayor à Madrid devant l’église San Felipe el Real.

1627
Le roi organise un concours entre ses peintres officiels, Velázquez, Vicente Carducho, Eugenio Cajés et Angelo Nardi. Déclaré vainqueur pour son tableau L’Expulsion des Morisques (détruit dans l’incendie de l’Alcázar en 1734), Velázquez s’impose comme le plus grand artiste de la Cour.

1628
Velázquez rencontre Pierre Paul Rubens (1577-1640), qui se rend pour la seconde fois en Espagne, où il séjournera pendant près de huit mois afin de régler certaines affaires diplomatiques. Les deux artistes se  lient d’amitié et visitent ensemble l’Escorial.

1629
Naissance du prince héritier Baltasar Carlos à Madrid.

1629-1630: premier voyage en Italie
Deux mois après le retour de Rubens à Anvers, Velázquez sollicite l’accord du roi afin de se rendre en Italie dans le but d’en voir les merveilles.

1631
Juan Bautista Martínez del Mazo entre dans l’atelier de Velázquez.

1630-1640
Les années 1630 représentent une période d’intense activité pour l’artiste, qui joue un rôle déterminant dans la décoration de plusieurs édifices royaux.

1638
Naissance de Marie-Thérèse d’Autriche, qui deviendra l’épouse de Louis XIV.

1649-1651: second voyage en Italie
Ce second séjour s’effectuera dans des circonstances très différentes de celles du précédent. Philippe IV charge en effet l’artiste de rapporter d’Italie des sculptures antiques ou, à défaut, des moulages en plâtre et en bronze ainsi que des peintures de grands maîtres, et de ramener un peintre à fresque de grande réputation.

1650
Velázquez peint le Portrait du pape Innocent X.

1651
Après avoir annoncé le retour de l’artiste à Madrid, Philippe IV lui confirme sa confiance en lui confiant deux énormes chantiers, la rénovation de l’Alcázar et celle du monastère de San Lorenzo el Escorial.

1652
Velázquez est nommé « grand maréchal du Palais ». C’est une tâche très lourde qui lui laisse peu de temps pour la peinture.
L’artiste doit régir la vie quotidienne du palais, organiser les déplacements de la Cour, s’occuper des différentes demeures.

1656
L’artiste peint Les Ménines.

1659
Velázquez est nommé chevalier de l’ordre de Santiago. Le lendemain, il est anobli par Philippe IV, qui lui octroie le titre de hidalgo.
L’artiste exécute plusieurs tableaux à caractère mythologique et supervise la décoration du grand salon de l’Alcázar, dit salon des Miroirs.

1660
Velázquez est choisi comme témoin du mariage de l’infante Marie- Thérèse, fille de Philippe IV, avec le roi de France Louis XIV, union qui scelle les accords de paix entre les deux nations. En tant que grand maréchal, il doit veiller à l’organisation du voyage et superviser la décoration de la cérémonie, qui a lieu dans les Pyrénées.

6 août 1660
Mort de Velázquez

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés